Récit Provence

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Récit Provence

Message  Alcalnn Blackney le Mar 27 Avr - 12:11

[Abbaye du Thoronet, le XXe jour du mois d'Avril, 1458]

Alcalnn retourna délicatement l'enfant afin que ce dernier puisse respirer plus commodément. Si il se souvenait bien de ce que lui avait appris un jour sa douce, il fallait que l'assommé reprennent conscience avant de penser à le déplacer. Il faudrait alors appliquer un cataplasme. C'est vrai que lui, il avait toujours un cataplasme sous la main, hein. Quelle idée saugrenue.
Le temps passa sans que l'enfant ne reprenne conscience. En contre bas, Neville veillait un feu qui crépitait depuis un petit moment déjà. La nuit n'allait pas tarder à tomber. Heureusement, il faisait assez bon encore et les grillons chantaient à l'approche de la lune.

Alors que le Chat commençait a avoir une faim de loup, Vincent décida de se réveiller:

-Ouaïe

-Doucement mon garçon, tu as décidé de faire une sieste, et ce genre de sieste est pire qu'une biture.

-Monseigneur?
fit il complètement dans les vapes.

-Oui tu as été assommé. Maintenant je vais te soulever doucement. Si tu as mal préviens moi.

Il souleva sans difficulté l'enfant et descendit prudemment le talus. Il vint s'assoir à côté de Neville et étendit l'enfant près du feu, sur une couverture que son vassal avait disposé à cette intention.

-Je vais lui bander la tête, Neville, peux tu mettre de l'eau à chauffer avec un peu de thym, pour l'odeur. Il y en a partout ici.


Il se dirigea vers les bagages que Neville avait disposé à porté de main, l'histoire de ne pas se faire barboter et leurs montures et leurs bagages. Il prit un bout de drap de lin et le déchira en une bande assez longue. Puis il revint vers le feu ou Neville finissait de retirer du feu l'eau chaude et que l'enfant avait avalé quelques cuillères de bouillon préparé par le Sire de la Brée au Mont.

-Faisons tremper tout cela. Je ne sais si c'est efficace, mais tu connais Nennya, si elle dit que ca marche, c'est qu'il doit y avoir un effet.


Après avoir retiré les linges qui empestaient le thym à plein nez, il les enroula autour de la tête, bien serrée du garçon qui grimaça.


-C'est pour ton bien.


-Oui Monseigneur. Merci Sire Neville.


-Brave petit. Et maintenant reposes toi
dit il en finissant son noeud.

Il alla s'assoir à côté de Neville.

-Et bien, nous voilà avec des montures supplémentaire. J'espère qu'elles tiendront le coup jusqu'à Arles. Il avala un bouillon à base d'eau, de gras et de lanière de viande séchée. Cela nous rappelle des souvenirs. Sauf qu'il faisait plus froid en Helvetie et en Bretagne. Je prendrais le second tour de veille. N'oublies pas de me réveiller quand tu n'en pourra plus.

Puis il s'enroula dans un coin du feu, Etrecelet à portée, et s'endormit de suite, du sommeil du juste.

[Quelques jours plus tard]

Ils avaient cheminé tranquillement, pour Vincent qui avait retrouvé presque toute ses capacités. Il était encore parfois absent, mais parlait plus et plus facilement. Il s'en remettrait.
Rien de particulier ne leur était arrivé, ils avaient vendu un roncin en mauvais état dans un bourg au passage, en échange d'avoine, de pain et de quelques écus.

La cité d'Arles se découpait dans l'horizon, les oriflames de France et d'Empire bien en vue. Ils étaient enfin arrivé. Tout autour des courtines, après les fossés, des campements s'étaient créés, où l'on parlait tant occitan, qu'allemand, que l'oïl. Parfois un soupçon de catalan se faisait entendre. Ils y retrouvèrent leurs compagnons avec plaisir et claques dans le dos.

Étant arrivés bien tard, ils ne trouvèrent pas d'auberge libre et se contentèrent de paille dans une grange...
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit Provence

Message  Alcalnn Blackney le Jeu 29 Avr - 17:35

Un Normand à Arles

Depuis qu'il était arrivé dans ce bourbier, Joel n'avait pas eu beaucoup de repos. Il y avait eu Toulon où il avait passé de nombreuses heures à guetter l'horizon du haut des remparts, attendant que l'ennemi se décide pour les attaquer. Il ne fut pas déçu et il participa à d'âpres combats. A l'issu de son séjour à Toulon, il se prit à penser qu'il avait une bonne étoile parce que pour le moment, il n'avait pas eu trop de soucis côté blessures. Par la suite, il quitta Toulon se sortir de cette impasse direction Usez histoire de trouver un peu de repos. Une fois arrivé à destination, il s'accorda le droit à une semaine de repos pour remplir sa bourse et établir quelques réserves de nourriture.

Comme il n'y avait pas de temps à perdre et qu'il n'en avait pas finit avec les Provençaux, le jeune seigneur partit rapidement en direction de Nîmes pour retrouver son compagnon Normand Foulque puis direction Arles pour intégrer une armée.

Le voyage vers Arles s'effectua sans problème et ils purent s'installer dans la ville sans aucune encombre. Joel et ses deux ou trois hommes encore vivants s'éparpillèrent dans la ville afin d'y découvrir les moindres recoins et profiter un peu des tavernes locales même si elles ne servaient pas de calva.

En parlant de calva, le jeune homme décida qu'à son retour en Normandie, il devra à tout prix se rattraper sur son abstinence à ce divin breuvage. La tournée des tavernes finit, il rentra se coucher, titubant légèrement....

Le lendemain matin, le réveil fut assez difficile. Il n'était pas vraiment habitué à l'alcool local. Après maintes lamentations, Joel se décida à faire un tour dans la ville afin de rechercher d'éventuels compagnons Normand.

[Campement Normand d'Arles, le XXIXe jour d'Avril]

Le Chat était arrivé depuis quelques jours, mais malheureusement, il n'avait pas eu le temps de visiter ses compagnons. D'une part, il avait été requis longuement à l'état major et d'autre part, il lui avait fallu rencontrer son banquier lombard afin d'obtenir un prêt et racheter du matériel, des provisions et solder sa centaine d'homme d'arme. Beaucoup de ceux qui étaient partis avec lui de Normandie, il n'en restait pas la moitié. Ils n'étaient pas tous forcément morts, certains étaient tous simplement déserteurs, certains étaient rentrés chez eux après congés auprès du Duc, d'autres avaient été capturés. Mais c'était là le lot de chacun. Le risque que tous encouraient.

Il profita de cette journée plutôt tranquille pour parcourir la ville de tente et essayer de dénicher Mitijo. Il avait une bonne nouvelle à lui annoncer. Il lui faudrait aussi trouver Pierre de Courtalain. Il y avait des rumeurs comme quoi il était arrivé, ou du moins pas loin. Lui parler était nécessaire pour ce qui concernait Mitijo. Au détour d'une tente il tomba sur un jeune garçon titubant... Ce jeune garçon lui rappelait quelqu'un...


-Tudieux! Fils! Joel! Comment vas tu mon garçon? Tu as l'air d'avoir le mal de mer. Si tu n'étais pas Normand je me poserais des questions! Alors que racontes tu? Depuis la bataille de Forcalquier je n'avais guère de nouvelles. Je suis heureux de te savoir en un seul morceau. Sais tu où sont les autres? As tu vu Neville? Je le cherche aussi. Et le Vicomte de Conches?

Il assailli son vassal de question tout en lui donnant une bonne accolade. Il était heureux de le revoir, bien que le teint verdâtre du jeune homme lui fit se poser des questions sur sa santé. En parlant de santé, il était passé voir en sortant comment son jeune page allait. Vincent avait reçu un bon coup sur le crâne, mais semblait s'en remettre assez facilement il fallait bien l'avouer. La jeunesse...
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum