TJ à Saint Georges en Auge

Aller en bas

TJ à Saint Georges en Auge Empty TJ à Saint Georges en Auge

Message  Bulvaï le Mer 5 Nov - 13:28

Cela faisait quelques temps que Bulvaï avait pris possession de son fief. Il n'avait rien bouleversé aux habitudes des villageois et discutait beaucoup avec le frère Séverin de Sant'Emmerano qui servait de guide spirituel à la petite communauté afin de connaître mieux les gens, leurs habitudes, leurs souhaits leurs désirs. L'écuyer avait toujours servit un peuple dont il ne connaissait pas le quart des gens, aujourd'hui il était seigneur d'un hameau tranquille où désormais, tout le monde le connaissait et où il arrivait à présent à mettre un nom sur un visage même s'il avait encore du mal à se rappeler des liens de famille ou des activités de chacun. Il prenait son rôle de seigneur à cœur, n'hésitant pas à discuter avec les habitants du hameau afin de pouvoir les aider au mieux.

Il était arrivé depuis maintenant quelques temps qu'il décida de s'accorder un petit plaisir : Bulvaï aimait la musique aussi décida t-il de faire venir un groupe de ménestrels pour un concert privé en la grand salle de la maison forte de Saint Georges en Auge. Il écrivit plusieurs missives en Bretagne, invitant un groupe de ménestrels originaire de Rennes puis lorsqu'une date fut arrêtée, il donna des instructions pour la fête. La salle fut entièrement vidée, sur un coté fut montée une scène : des dizaines de tonneaux furent rassemblés en rangée et des charpentiers fixèrent un plancher dessus. Des chandeliers, des candélabres furent installés de part et d'autres de la scène. De l'autre coté de la salle, un comptoir fut installé et des tonneaux furent déposés à proximité, la bière allait couler à flots le soir de la fête.

Le jour venu, le seigneur donnait ses dernières recommandations lorsque le groupe de ménestrels arriva dans une charrette de couleur noire. Il installèrent leurs instruments sur la scène et discutèrent avec le maître des lieux. Bulvaï les avait déjà rencontré et ce fut avec plaisir qu'ils les revoyaient. Il évoqua avec Nico un musicien qui joue de la citole et qui chante le départ d'un ménestrel, Gus, partit quelques mois plus tôt, les deux hommes parlèrent de tournées, des représentations où Bulvaï avait déjà pu les voir jouer notamment dans l'est du royaume puis alors que le soleil descendait doucement à l'horizon, les portes de la salle s'ouvrirent permettant aux spectateurs d'entrer et de se diriger au comptoir, le seigneur avait donné des ordres : ce soir c'était festivité, la bière coulerait à flot et gratuitement.

Les chandeliers muraux disposés tout autour de la salle furent éteints, les candélabres sur scène furent allumés et les musiciens pénétrèrent sur scène et prirent leurs instruments : Niko arriva en premier avec sa citole, il but un verre de calva pour se faire la voix puisqu'il chante également, vint ensuite Stef avec son luth puis Boiboi qui s'installe au milieu d'une dizaine de tambours et de tambourins de taille diverse et enfin Seb qui joue de la mandore d'un son très grave. L'ambiance dans la salle est aussi chaude que dans la forge de Nennya, la plupart sont des paysans qui continuent sans pitié à défendre la qualité, le biologique, le vrai, l'agriculture raisonnée. Sur scène Niko fustige le chef d'une peuplade plus à l'ouest qui n'hésiterait pas à penser au génocide de la race humaine pour la survie de la sienne. Puis c'est au tour de certains ecclésiastiques qui disent pardonner à ceux qui les ont offensés, mais leurs belles absolutions ne passe que trop souvent par des rivières de sang. Certains nobles y passent également, ceux qui viennent de l'aristocratie, de la noblesse et des beaux quartiers de Paris et qui vivent comme des rois, en parlant toujours de ce qu'ils ne connaissent pas. Ils parlent des petites gens d'en bas, en se bâfrant de caviar, de foie gras, et depuis toujours ils ressassent le même discours. Certains pensent peut être réussir à faire taire les artistes réfractaires, mais rien ni fera ni les règles ni les lois, tous les contestataires resteront au combat ! Bulvaï se remet à rêver, à ce que tout gamin il avait imaginé, à ce monde parfait qu'il voulait dessiner et qu'il voit tous les jours partir en fumée. Souvenir de son investissement pour un monde meilleur, il se revoit prendre les armes, la mort l'appelle, les pertes s'amoncèlent, au nom de tous les siens, il adopte l'idée de tuer pour mieux protéger. La musique le sort de ses songes, devant la scène, les gens dansent en un immense pogo qui petit à petit se propage dans toute la salle, certains montent sur scène tout en évitant de déranger les musiciens qui jouent, ambiance bonne enfant, l'apothéose est atteinte lorsque les gens se séparent en deux laissant un passage comme si Niko allait descendre de la scène, puis la musique reprit de plus belle, plus forte et le public continua à danser, danser car contre ça ils ne peuvent rien.

La représentation terminée les ménestrels prirent le temps de s'asseoir sur le bord de la scène, serrant les mains, souriant et remerciant pour les félicitations d'un public conquis. Musiciens abordables, ils posèrent leurs instruments et s'approchèrent du comptoir. Ce soir là, la bière coula à flot et ils discutèrent longtemps, tard dans la nuit.





Post-délire en hommage à Tagada Jones, groupe breton dont des bribes de paroles ont été insérées dans ce texte ... en souvenir de concerts fabuleux.



Bulvaï
Bulvaï

Nombre de messages : 52
Titres : Seigneur du Boschel
Date d'inscription : 14/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum