Le Champ Clos: la Mêlée

Aller en bas

Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Alcalnn Blackney le Dim 23 Nov - 17:57

Des hérauts firent retentir des trompettes. Les invités qui s'étaient gelés a l'abbaye de Vignats s'étaient réchauffés en cheminant vers Montgommery qui n'était pas si loin. Vint alors le temps pour les Dix de s'affronter dans le Champ Clos.

Dans un carré de cinquante pas sur cinquante pas, délimité par une corde, on avait disposé de la terre sèche battue pour éviter qu'on puisse attribuer la victoire a cause du terrain. Sur les cotés avaient été montés estrades et un podium afin que tous puissent voir le combat et pour saluer le vainqueur.

Tout était prêt.
D'un coin du carré se tenaient, Erik de la Josselinière, Cronos d'Yvetot, Maxime d'Alesme, Justine d'Alesme, et Lyrakroft de Vitreseule.
De l'autre, Rhân de Crocy, Bulvaï d'Austrasie, Nith le Perplexe, Zalina de Montmorency et Asticot de Saint Aubin-Routôt.

Chacun avait revêtu son armure de plate, son heaume et s'étaient armés d'épées émoussées et d'un écu. Bien qu'émoussées, les coups qu'elles portaient, pouvaient être dangereux.

La tension était palpable...

Un héraut s'avança au milieu du carré et fit tonner sa voix:

-Gents Dames, Gentils Sires, dans un instant, Dix Preux vont s'affronter en mêlée. Le principe est simple, dans une première vague, ils se jetteront à cinq contre cinq, puis dans un second temps ce sera au meilleur de l'emporter.
Puis il énonça en même temps que des pages faisaient passer des blasons, les titres de chaque combattant présent. Les spectateurs donnèrent leur assentiment et on sentait que l'impatience était à son acmé.
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Alcalnn Blackney le Dim 23 Nov - 18:21

Les Cors de guerre sonnèrent cette fois ci et les Preux s'élancèrent a l'encontre de la gloire.

Les premiers a se ruer l'un contre l'autre furent le Duc de Cany et le Duc de Corbigny. Les deux hommes se connaissaient bien puisqu'ils appartenaient au même ordre de Chevalerie. D'entrée, ce fut le Normand qui prit l'ascendant et l'initiative sur son vis à vis en lui lançant un redoutable coup. Mais le Bourguignon n'était pas un débutant et vint a sa rencontre et para le coup.

On savait que Dame Zalina avait des comptes à régler avec le Chevalier Noir et c'est donc tout naturellement qu'ils se retrouvèrent face a face dans le Champ Clos. La fougue contre l'expérience... Et ce fut la Demoiselle de Colombier qui frappa la première profitant de justesse de l'initiative. Mais cet avantage ne fut pas mis a profit puisque sa lame fut déviée par celle du Vicomte d'Yvetot.

Un combat plus intéressant se fit alors jour. Les deux d'Alesme devaient s'être entendu entre leur arrivée dans la lice et le début du combat puisqu'ils chargèrent de concert le fidèle vassale de Montgommery, Sieur Bulvaï. Mais s'était sans compter l'intervention du Sieur de Saint Aubin qui vint a son secour. Perturbés par ce changement de programme le Vicomte Maxime rata son coup et Saint Georges en Auge para la Dame. Le Sieur Asticot profita donc de l'ouverture pour porter un coup a la jeune femme. Dame Justine était donc touchée.

Les derniers a se prendre a partis furent les deux autres vassaux de Montgommery, Messire Rhân de Crocy, et Dame Lyrakroft de Vitreseule. L'Orléanais profita du fait qu'il arrivait le plus rapidement pour tenter de toucher son adversaire qui para le coup.

Les deux Licorneux, l'Errant et le Chevalier, n'en démordaient toujours pas. On sentait les deux hommes de force égale. Cette fois encore ce fut Sa Grâce Nith qui fut a l'initiative de l'attaque. Mais sa Grâce Erik para le coup.

Entre le Chevalier Noir et la Chevalier Bleue, c'était encore l'ancien qui promenait la jeune. En effet ce dernier la laissait prendre l'initiative. Peut être pour la fatiguer? Toujours est il qu'elle frappa mais fut contrée.

Dans la bataille a Quatre, les tactiques furent changées. Le Normand et l'Orléanais se concentrèrent sur la jeune Dame et lui assénèrent coup sur coup, si bien qu'elle fut forfait. Rageur, Maxime d'Alesme voulu rendre la pareille mais fut contré. Dame Justine est déclarée éliminée.

Pendant ce temps les vassaux de Montgommery continuaient a se chercher quand soudain, la Dame de Vitreseule prit de vitesse son adversaire et le toucha.
Rhan de Crocy avait une touche.
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Alcalnn Blackney le Dim 23 Nov - 18:38

Les spectateurs semblaient ravis. Pendant ce temps le combat continuait.

Les deux Ducs continuaient en vain a se toucher car tantôt l'un attaquait, tantôt l'autre le parait. A croire qu'ils se connaissaient que trop bien.

La Poitevine et l'Amiral Normand, continuaient eux aussi cet espèce de jeu de Chat et de la Souris puisque le Vicomte d'Yvetot baladait toujours la jeune femme en la laissant s'épuiser.

Le Vicomte Maxime était quand a lui en difficulté. Ses deux adversaires profitant de leur avantage numérique lui infligèrent chacun une touche. Maxime d'Alesme était donc touché 2 fois.

Du coté des Vassaux de Montgommery la jeune Normande était en train de défaire l'ancien Connestable de France en le touchant une seconde fois. Rhan de Crocy avait donc deux touches.

Du coté des deux Ducs, l'intiative était pour le Duc de Corbigny qui malheureusement pour lui rata son coup.

Quands a la revanche de Dame Zalina sur le Vicomte Cronos, ce n'était pas du tout cuit car ce dernier continuait toujours son travail de sape physique et mentale en parant une nouvelle fois son adversaire.

Le pauvre Maxime d'Alesme était mal en point. Les deux derniers coups qu'il avait reçu plus l'élimination de celle avec qui il avait espéré l'emporter le firent défaillir et il se vit asséner deux puissant coups par ses adversaire. Messire Maxime d'Alesme était déclaré éliminé. Défaisant leur alliance qui avait si bien marché, le Sieur Bulvaï se porta a l'aide de celle avec qui il avait accompagné la mariée, Dame Lyrakroft pendant que Sieur Asticot choisissait l'autre camp, allant porter main forte au Sieur Rhân.

Juste avant ce renfort inespéré, Dame Lyrakroft avait été tenue en échec dans son attaque par Sieur Rhân.
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Zalina le Dim 23 Nov - 18:52

Trop gentille… elle était trop gentille…
D’un aller retour pour faire plaisir à la mariée, Zalina s’était retrouvée embarquée dans une mêlée pour faire plaisir au marié. Mais lui, il le lui paierait, et très cher, dès leur retour à Ryes.
Quoi qu’il en soit, elle se retrouvait, sans trop savoir comment, sur le Champ clos, une épée émoussée dans la main droite, un écu dans la main gauche. Au moins, l’armure à plate tenait elle chaud et un peu d’exercice la réveillera après la cérémonie.

La Peste Noire Haineuse, puisque c’est ainsi qu’avait décidé de l’appelé Maistre Guillaume après lui avoir confié la Seigneurie de Haisnes, observa ses adversaires.
Quelques licorneux. Le Triducaillon contre qui elle n’avait jamais eu l’occasion de croiser le fer, Mackx et sa sœur, Rhân, le Perplexe, et son filleul à qui elle redonnerait une fessée bien volontiers. Deux inconnus au bataillon : Asticot de Saint Aubin-Routôt et Lyrakroft de Vitreseule.
Et un nom bien connu de réputation : le Grand Cronos d’Yvetot. Souvent croisés, mais jamais vraiment rencontrés. Une bonne occasion de faire connaissance dont la Peste ne se priva pas.

Sitôt le signal donné, Zalina s’avança vers le Chevalier Noir, bien décidée à vérifier s’il était à la hauteur de sa réputation par elle-même. Un sourire malicieux de dessina sur ses lèvres cachées par son heaume lorsqu’elle tenta un coup de taille en direction de l’épaule dextre adverse.
Paré… Bon d’accord, il n’est pas encore trop rouillé…
Seconde tentative lancée par un coup d’estoc un peu plus puissant en direction de flanc. De nouveau paré.
Plutôt bien conservé le Cronos.
Un petit duel qui commençait à lui plaire.

Ignorant le reste des combats, la Peste garda son attention sur le Vicomte qui continuait à parer ses attaques de plus en plus puissantes.
avatar
Zalina

Nombre de messages : 5
Age : 31
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?
Titres : Dame... de plusieurs choses
Date d'inscription : 22/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Alcalnn Blackney le Dim 23 Nov - 19:00

Pas de trêve dans se combat pour être le Héros du Jour.

Le combat des Duc faisait toujours match nul car aucun ne prenait l'avantage sur l'autre.

Entre Dame Zalina et le Seigneur Cronos le jeu était fini. Peut être que le Vicomte était las, peut être qu'il sentait que la jeune femme était épuisée, toujours est il qui lui porta un coup qui atteint son but. Dame Zalina a une touche.

Dans le dernier combat, Dame Lyrakroft très en forme, parvint a déjouer la garde du Sieur Asticot et parvint à le toucher. Galvanisé par cette petite victoire, le Sieur Bulvaï en finit avec son ami et compatriote Orléanais, Messire Rhân de Crocy, Baron de Bois Commun. Sieur Asticot a une touche. Rhân de Crocy est éliminé.

Les deux Frères Licorne s'entredéchiraient toujours. Mais la fatigue semblait l'emporter sur le Duc Nith, qui devait ne plus être en forme après sa retraite. En effet Sa Grâce Erik de la Josselinière parvint à le toucher. Le Perplexe est touché une fois.

Dans le duel très intense entre la Damoiselle de Colombier et le Vicomte d'Yvetot, les coups furent rendus, car la Poitevine parvint a passer la garde de l'Ancien. Cronos d'Yvetot à une touche.

Pendant ce temps, le Sieur de Saint Aubin était en difficulté. Les deux vassaux de Montgommery décidèrent d'en finir et le touchèrent tout deux. Messire Asticot est déclaré éliminé.
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Alcalnn Blackney le Dim 23 Nov - 19:21

Alors que le combat contre le Sieur de Saint Aubin était fini, le Sieur Bulvaï décida de porter secour a sa marraine pendant que Dame Lyracroft décidaient de faire jouer le patriotisme Normand en penchant du coté du Vicomte Cronos.


Les deux Licorneux étaient laissés seuls. Le Perplexe semblait en difficulté. Il souffrait et cela se voyait il était plus lent. Son Frère en profita pour le toucher une deuxième fois. Le Duc de Cany a deux touches.

Pendant ce temps la sensation était faites par l'enfant du Pays, la jeune Dame de Vitreseule puisqu'elle para une attaque combinée des deux Licorneux. En effet Dame Zalina et Sieur Bulvaï étaient tout deux parés. Profitant de ce répis inespéré le Vicomte Cronos put asséner un coup au jeune Sieur Bulvaï.. Le Sieur Bulvaï a deux touches.

Le combat était sur le point de finir entre les deux Frère. En effet, épuisé, le Perplexe ne put rien faire d'autre que concéder une touche au Duc de Corbigny. Le Duc Nith est éliminé.

L'orgueil blessé de la Marraine et du Filleul, leur permis de rendre la pareille a la jeune Dame de Vitreseul. En effet Dame Zalina épaulée du Sieur Bulvaï le toucha. Hors du champ de vision des deux Licorneux, le Vicomte Noir toucha une fois de plus la Poitevine. Dame Lyrakroft est touchée un fois. Dame Zalina est touchée deux fois.
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Alcalnn Blackney le Dim 23 Nov - 20:35

On approchait du but. Le public était maintenant suspendu aux pérpéties du combat.

Certainement que l'habitude était ancré maintenant dans le Duc de Corbigny. Car en effet, son combat harrassant terminé contre son Frère, il alla renforcer le parti Licorneux tout naturellement. Peut être un remord de s'en être pris au Chevalier Perplexe?

Toujours est il que désormais Dame Zalina et les Sieurs Bulvaï et Erik faisaient front commun face aux Normands Dame Lyrakroft et Sieur Cronos.

Dame Zalina et son Filleul décidèrent de juguler la menace que représentait le Chevalier Noir. En effet ils se mirent de concert pour l'attaquer deux à deux. Et la tactique paye puisqu'ils touchent! Pendant ce temps, le Duc de Corbigny s'en prent a la Dame de Vitreseule. Mais celle ci, telle un Berzeker des temps anciens, pare et riposte en touchant le Duc. Le Vicomte Cronos est a deux touches, Le Duc Erik est a une touche.

Maintenant le combat s'accélère et les données ont changées. Dame Zalina et Messire Erik s'entendent pour en finir avec le Vicomte Cronos. Mais ce dernier surprend les deux Licornes en les devancant. Il pare l'attaque du Duc de Corbigny et prend la Dame de Colombier au dépourvu et la touche. Elle se retire donc du combat. Pendant ce temps le Sieur Bulvai et la Dame Lyrakroft se tiennent en échec. Dame Zalina est déclarée éliminée.

Le combat continue. Le Duc s'en prend au Vicomte pour venger l'élimination de sa soeur. Mais l'Ancien ne se laisse pas faire et prend l'initiative. Cependant il semble être désormais fatigué et est paré. A coté de lui se déroule un autre duel très sérré entre la Dame de Vitreseul et le Sieur de Saint Georges en Auge. Cette dernière toujours inspirée par ses ancêtres parvient à toucher une fois de plus le jeune Orléanais. Le Sieur Bulvaï a une touche.
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Bulvaï le Dim 23 Nov - 21:15

Dès l'ordre d'entrer dans le champs clos, Bulvaï rejoignit le coté où se tenait les quatre autres nobles avec qui il faisait équipe : il y avait Rhân de Crocy, Nith le Perplexe, sa marraine Zalina de Montmorency et Asticot de Saint Aubin-Routôt. Une bien belle équipe sur le papier avec deux chevaliers
Licorneux. L'écuyer regarda ses adversaires : A part l'homme qu'on appelait Cronos qu'il ne connaissait pas, il connaissait les quatre autres et il sourit à la pensée de toucher les dames Justine et Lyrakroft, ainsi que son ami Erik.


Bulvaï sentait en lui l'excitation des premiers duels, ceux livrés à
Ryes, l'envie de se surpasser mais aussi l'envie de sourire puisqu'en face de lui, il y avait des amis, des frères, mais amis ou pas, pour la première fois que ses couleurs étaient hissées en bordure de champ clos, il voulait faire honneur à son suzerain, mais au fond de lui, il savait qu'il voulait aussi vaincre pour que Zalina soit fière de lui.


Au signal les dix combattant se ruèrent l'un sur l'autre. L'écuyer
regarda en face de lui, qui prendre en premier ? qui allait goûter le fer de
l'orléanais ? Il ne se posa guère la question, le
s deux d'Alesme s'avancèrent vers lui, visiblement avaient il prévu leur coup avant d'entrer dans le champs clos devaient s'être entendu entre leur arrivée dans la lice et le début du combat puisqu'ils chargèrent de concert le nouveau seigneur. Bulvaï recula, prépara son arme pour parer l'attaque de l'orléanaise, ça se règlerait au conseil orléanais, pensa t-il tandis qu'il s'apprêtait à lever son bouclier pour parer le coup qu'allait lui porter Macks. Il allait être pris sous le nombre lorsque Sire Asticot vint a son secours pour équilibrer les forces. Bulvaï ne le connaissait pas, enfin de nom, avait il tout juste vu son nom passer sur des documents en son ambassade, étrange lieu, étranges circonstances pour faire connaissance. Perturbés par l'arrivée de Saint Aubin-Routôt le Vicomte Maxime rata son coup et Bulvaï put parer avec sa lame le coup de taille portée par Justine qui subit l'assaut du Sieur Asticot qui profita de l'attention qu'elle portait sur Bulvaï pour lui porter un coup a la jeune femme. Bulvaï se redressa et évalua rapidement la situation de la mêlée.


Justine se releva tandis que le Normand allié de l'écuyer la frappa à nouveau, l'occasion d'en éliminer un, ou
plutôt une, songeant que ce n'était pas très chevaleresque de se mettre deux
hommes contre une femme, Bulvaï balaya cette idée de son esprit, Justine
éliminée, c'était un preux en moins dans le champ clos, rangeant ses nobles
valeurs au fond de lui, il se joignit à son camarade de mêlée pour asséner une
série de coups à Justine, il eut juste le temps de se retourner pour parer un
Maxime d'Alesme désireux de venger sa sœur, mais à deux contre un le combat
était inégal, après avoir porté plusieurs coup à Justine, le normand et
l'orléanais se retournèrent contre le frère et le touchèrent à deux reprises,
le faisant reculer, puis le touchèrent à nouveau et l'éliminèrent.


L'écuyer conserva sa garde mais regarda rapidement les lieux, qui combattait qui ? qui allait il aidé ? quelle
stratégie adopter, aider celui qui lui semblait le plus fort pour le combattre
ensuite ou aider celui qui lui semblait le plus faible ? La réponse lui sauta
au yeux, ni le plus faible, ni le plus fort, mais Lyrakroft, anoblie le même
jour comme lui par Alcalnn Blackney. Un signe de la tête rapide à destination
d'Asticot, puis il se dirigea vers la dame de Vitreseule et se mit à coté
d'elle face à Rhân de Crocy, lui aussi vassal du vicomte de Montgommery sous le
regard de leu suzerain. Lyra fut rapide, elle para l'attaque du Sieur Asticot
et d'une belle riposte le toucha tandis que Bulvaï fonça sur son compatriote et
le frappa plusieurs fois.


Levant la tête, en face de lui, il reconnut le bleu de sa marraine, sans se poser de question, il s'élança pour
la rejoindre, tandis que la dame de Vitreseule s'allia avec le Sieur Cronos


Justice et Bravouuuuure !!

Arrivé à coté de Zalina, Bulvaï tenta d'évaluer la situation sur qui allait il pouvoir taper, qui pouvait le
toucher ? Il choisit Lyrakroft tout comme Zalina, la marraine et le filleul se
ruèrent sur la normande, qui malgré la maîtrise des armes des licorneux,
réussit à parer les deux attaques simultanées. L'écuyer allait reprendre ses marques
lorsque le vicomte Cronos débarrassé temporairement de la poitevine en profita
pour aider son alliée normande du moment et toucha le seigneur de St Georges en
Auge. C'était la seconde touche, l'écuyer en prit conscience et redoubla
l'assaut sur Lyrakroft, s'il pourrait, il irait saluer après le sieur Cronos.
Il serre le rang avec sa marraine, obligeant Lyrakroft à maintenir sa lame sur
le coté pour ne pas ouvrir sa garde et sa marraine en profita pour toucher la
jeune femme, il ne regretta pas le duel fait avec sa marraine à Ryes, il avait
pu apprendre un peu d'elle, comment elle combattait, ce qu'elle préférait.


Il regarda autour de lui, qui était éliminé ? lui ? il ne le savait pas encore, il savait qu'il avait été touché mais apparemment pas suffisamment pour qu'il quitte le champ clos, donc il regarda qui était encore debout ? vers qui il allait fondre ?
avatar
Bulvaï

Nombre de messages : 52
Titres : Seigneur du Boschel
Date d'inscription : 14/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Cronos le Lun 24 Nov - 0:01

La nouvelle génération de chevaliers était décidément des plus intéressantes. Comme à son habitude avant le début de la passe, le noir Vicomte, sous son heaume à pointes éternel, avait scruté un à un ses futurs adversaires.Nith et Asticot ne semblaient pas se défiler à l'idée d'affronter le Pair de France. Il faut dire qu'ils devaient être habituer à son allure menaçante.

Quant aux autres, à part messire Rhan qu'il n'avait vu depuis longtemps et qu'il était heureux d'affronter, il ne connaissait pas du tout les autres. L'excitation se fit donc plus forte sous son heaume qui ne laissait rien transparaître. Cronos adorait l'idée de pouvoir se présenter à des inconnus par les armes. Il était d'ailleurs désireux de savori si sa réputation auprès d'eux l'avait précédé.

C'était en toute logique qu'il accepta d'abord de croiser le fer avec cette femme étrange de bleu vétue. Un chevalier bleu contre le Chevalier Noir, cela semblait logique. Mais la fillette était bien trop empressée et le Vicomte avait décidé d'en jouer. L'usant en parant systématiquement ses coups, il s'assura de pouvoir la toucher sans rencontrer trop d'opposition. Le plan fonctionna à merveille mais la demoiselle sembla pleine de ressource en lui rendant peu après la pareille. Etonnante femme qui avait, peut être ne le savait-elle pas, réalisée un véritable exploit en parvenant à toucher le Vicomte.

Le chose le mit naturellement de très méchante humeur. Pestant sur le fait qu'aucun tournoi ne pouvait se dérouler son arme de prédilection, le fléau, il fit pleuvoir les coups sur l'équipe adverse, privilégiant les chevaliers de la Licorne. Certes ils étaient toujours de bon combattants mais Cronos avait toujours pris un certain plaisir à les malmener en tournoi, sans trop savoir pourquoi. La tactique, avec l'aide inespérée de dame Lyracroft, ne lui avait coûté qu'une seconde touche alors qu'il avait déjà expédiée deux licorneux hors du tournois.
avatar
Cronos

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 23/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  nith le Lun 24 Nov - 14:34

Quelle idée de se battre par pareilles conditions climatiques... Bien sûr, lors d'une guerre, ce n'était pas le temps qui décidait du moment de la bataille, mais lorsque l'on pouvait se permettre de choisir ledit moment, comme lors des joutes, pas d'armes et autres tournois, autant le faire lorsque le temps se fait clément... Et puis d'ailleurs, pourquoi avait-il donc accepté? Il n'était pas en état, il le savait, blessé, fatigué, malade. Et le voilà devant arboré tout l'harnachement en prévision d'un assaut. Il le lui ferait payer pour sûr... Mais pour l'heure, il avait autre chose à se préoccuper que de faire prendre un bain à un gros matou. A ses côtés se trouvait le Petite Peste en personne: dommage, il aurait apprécié de croiser le fer avec la jeune demoiselle, histoire de continuer leur joute verbale par quelque chose de plus substancielle. Enfin, ce serait pour une prochaine fois. Dans l'équipe d'en face se détachait inexorablement la haute et sombre silhouette du Chevalier Noir, toujours armé de éternel fléau. Quel plaisir ce serait de pouvoir se mesurer à lui, il avait déjà une très bonne réputation quant au maniement de cette arme, mais cela n'impressionnait pas pour autant le Perplexe. Cela faisait maintenant longtemps qu'il cotoyait l'Amiral, sa stature ne l'effrayait pas, sûrement depuis cette fameuse demande public à la recherche d'une dame afin de concevoir une digne descendance dans les liens sacrés du mariage... Ah, que de souvenirs...

Mais le premier à s'avancer était un autre visage connu, celui d'Erik. Lui non plus il ne l'avait jamais combattu en duel, ce serait donc une bonne occasion de connaitre un peu son niveau, même si le Normand ne pouvait jouïr d'une grande forme pour pouvoir lui faire face avec toutes ses capacités. Néanmoins, il n'allait pas se laisser faire! Il avait accepté, bon gré mal gré, mais il n'allait pas abandonner de si tôt! Malgré le manque d'entrainement de ces derniers mois, malgré la faible capacité physique qu'il lui restait, il attaque de plein fouet l'adversaire qui se présentait en face de lui, d'un coup de taille sur le flanc senestre du Bourguignon. Ce dernier para habilement le coup. Finalement, le Faucon taupe n'était pas aussi aveugle qu'on le disait... Enfin bref, il n'était pas temps de tergiverser: il repartit à l'assaut avec un coup d'estoc dans le poitrail du Triducaillon qui n'atteint malheureusement pas sa cible.

Les deux adversaires se retrouvent dans une danse d'acier, chacun trouvant la parade à l'autre, s'échangeant des coups sans pour autant parvenir à se toucher. Alors que le Duc bourguigon rate une attaque, il tente d'en profiter mais c'est peine perdue, son adversaire a déjà retrouvé son équilibre. Finalement, il ne s'en sortait pas si mal que ça, le convalescent: même s'il devait surtout sa prestation à ses réflexes de bretteur plus qu'à son physique et à l'entrainement, il parvenait pour l'instant à maintenir son adversaire dans l'échec. Cependant, même s'il avait une certaine maitrise de son arme, il n'avait plus la puissance d'antan, ni la résistance nécessaire pour pouvoir poursuivre longtemps ce combat. Ses mouvements deviennent plus lents, son temps de réaction trop long pour pouvoir parer convenablement le coup qui lui arrive à sa dextre et il se doit de concéder une touche. Pas grand mal, mais son flanc allait souffrir dans les quelques heures à venir. Déjà, il en ressentait les effets, sa respiration déjà bien rapide se faisait de plus en plus douloureuse, ses réflexes plus aussi efficaces, et une deuxième fois la lame adversaire l'ateint. Et assez rapidement, l'épée bourguignonne fend les airs pour toucher l'armure normande, mettant ainsi terme à la prestation du Perplexe.

Nith s'inclina devant son adversaire avant de prendre le chemin de sa tente. Finalement, il ne s'était pas si mal débrouillé que cela malgré son état. Mais il se doutait qu'il allait payer chèrement cette consommation des maigres forces qu'il lui restait... Oui, il serait peut être temps d'aller trouver Zalina pour lui parler de certaines choses...
avatar
nith

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 22/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Alcalnn Blackney le Lun 24 Nov - 16:23

On approchait de la fin. En lice ne restait plus que quatre combattants dont deux Vassaux de Montgommery de quoi rendre fier le Vicomte.

Les deux Licorneux décident d'en finir une fois pour toute avec la folie ancestrale de Dame Lyrakroft et l'attaquent conjointement. Si l'Orléanais pravint a toucher la jeune femme c'est parcequ'elle était occupée a parer le coup du Duc de Corbigny. Pendant ce temps le Vicomte Noir inflige une secondre touche au jeune Bulvaï d'Austrasie. Dame Lyrakroft et Sieur Bulvaï ont deux touches.

Changement de tactique du coté Licorneux qui décident de s'en prendre cette fois à Yvetot. Mais le Vieux Sage ne se laisse pas faire et prend au contre pied l'Orléanais en l'éliminant une bonne fois pour toute. Cependant son Frère le Triducaillon veille et rend la pareille au Sieur Noir et l'élimine a son tour. Vengeance ou pas, la Dame de Vitreseule inflige une seconde touche au Sieur Erik... La fatigue se fait sentir! Le Vicomte Cronos d'Yvetot et le Sieur Bulvaï de Saint Georges et de Limiers sont déclarés éliminés. Le Duc Elrik de la Josselinière a quand à lui deux touches.

Duel final entre Dame Lyrakroft et le Triducaillon. La Jeune Normande épuisée par sa folie berzerk rate son coup et donne l'ouverture a son adversaire qui la touche et l'élimine.

Erik de la Josselinière, Duc de Corbigny, Chevalier Errant de la Licorne est déclaré Vainqueur de la mêlée de Montgommery!

Du haut de l'estrade le Vicomte de Montgommery et sa douce descendirent féliciter le vainqueur.

-Belle Victoire Vostre Grâce. Vous êtes désormais le Champion de Montgommery! dit il en lui déposant une couronne de lauriers sur son heaume.
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 960
Titres : Duc de Mortain,Vicomte du Mont Saint Michel, Baron de Saint Paer
Date d'inscription : 03/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Mackx le Lun 24 Nov - 20:02

Un pas d'armes ... C'était bien la première fois qu'il participait à ce genre de jeu et c'est bien pourquoi il ne se faisait pas d'illusion sur ses chances de l'emporter. Certes il était un bon duelliste, mais il n'était pas spécialement connu pour être le meilleur qui soit.

Néanmoins motivé lors de l'entrée en piste, il se plaça prêt à combattre. La visière du bassinet abaissé, bouclier levé, épée prête à frapper.
C'est alors qu'un héraut sonna le début des hostilités. Un coup de tête vers sa soeur et ils se mirent d'accord. Une charge vers l'un des adversaires, Bulvaï à ce qu'il semblait à l'écuyer licorneux mais sous ce poids de métal, il ne pouvait jurer de rien. Mais le temps d'arriver jusqu'à lui, un de ses amis de combat s'était déjà rué à son secours et la magnifique et splendide tactique d'Alesme fut éventée. Bon, pas grave, la suire du combat fut désastreuse, le frère et la soeur se prenant coup sur coup pour terminer - heureusement pour son égo, elle un petit peu avant lui - éliminés tous les deux.

Sortant la tête haute - il n'avait pas à rougir de sa première prestation de ce type -, Maxime regarda ceux qui restaient en piste avant d'aller se changer. Zaza se demenait comme une belle diablesse contre le chevalier noir, Erik et Nith étaient en duel et le Dame dont il avait oublié le nom avait l'air de quelque peu souffrir face à ses deux adversaires ... mais elle tenait bon.
avatar
Mackx

Nombre de messages : 11
Titres : Vicomte de Fontenay, Seigneur de Saint-Pierre d'Oléron
Date d'inscription : 22/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Cronos le Lun 24 Nov - 21:30

Cette jeunesse était fougueuse certes, mais assez peu honorable en tournoi. Il avait fallut deux combattants pour éliminer le Vicomte Noir.

Cronos était assez déçu de se comporter, même si le règlement l'autorisait. A bien y réfléchir, personne n'avait pu le défaire en combat pédestre à moins d'être numériquement supérieur. Finalement, les jeunes Licorneux n'avaient sans doute pas d'autres choix ...
Et puis Cronos n'avait-il pas entraîné un de ses tombeurs dans sa propre chute. Ah certes il n'avait pas gagné mais il avait bien l'impression d'avoir été fidèle à sa réputation et d'avoir bien défendu sa peau. Il faudra qu'il parle à tous ces jeunes à l'occasion.

avatar
Cronos

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 23/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Bulvaï le Lun 24 Nov - 23:32

Alors que les premiers éliminés sortaient du champs clos, l'écuyer retourna dans la mêlée, fougeux, désireux de faire le ménage, insouciant, joyeux même ! Il fonça de concert avec son frère licorneux sur Dame Lyrakroft et la toucha sans trop de problème alors qu'elle était occupée a parer le coup du Duc de Corbigny. Dans son assaut le jeune seigneur n'avait pas fait attention au vicomte noir qui ne laissa pas échapper l'ocasion de toucher l'orléanais insouciant. Les deux frères, se retournèrent en tentérent un assaut contre le vicomte Cronos, peut-être avait il décidé sans se concerter d'éliminer le combattant le plus expérimenté, mais Yvetot infligea la touche éliminatoire en prenant l'orléanais à contre pied mais du pour cela ouvrir un peu trop sa garde, suffisamment pour permettre à Erik de Josselinière de le toucher une dernière fois. L'écuyer sortit du champ clos en compagnie du Vicomte Cronos.

J'ai été ravi de faire vostre connaissance Messire Cronos, j'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir.

Il salua le vicomte noir et se dirigea vers la main courante où se trouvaient les licorneux pour regarder leur frère encore en lice contre dame Lyrakroft. Le jeune femme tenta l'assaut, mais fatiguée par l'effort déjà fournit, elle commis l'erreur de laisser une ouverture dans sa garde, ce quie ne manqua pas de profiter au duc de Corbigny qui la toucha et triompha.

Bulvaï regarda Alcalnn poser la couronne de laurriers sur le heaume d'Erik et il applaudit le champion. Il était satisfait, pour son premier duel dans la lice, il avait fait honneur à son suzerain et avait porté haut ses couleurs.

avatar
Bulvaï

Nombre de messages : 52
Titres : Seigneur du Boschel
Date d'inscription : 14/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Erik de Josseliniere le Mar 25 Nov - 4:21

Récit (tres) subjectif d'une victoire (par lui seul) annoncée :

Hop, hop, hop... Le Corbigny, sans cors au pieds -ce qui eut pu être cause de forfait- baignait dans le bonheur. Oui, on pouvait l'affirmer sans peine : Le Corbigny sans cors baignait dedans jusqu'aux levres ! Une bonne mélée bien torride comme seules ont en pouvait trouver, mais d'un bien autre genre, en la cour lointaine de Topkapi la turcomane... Voila qui permettrait au Licorneux privé de bretons durant la derniere guerre, pour cause de duché à mettre au pas, de se dérouiller un peu les biceps. De plus, il n'avait point eu à tirer la bastarde depuis qu'il l'avait enfoncée droite en le corps désarticulé de quelques mauvaises âmes trainaillant follement sur les routes de Bourgogne. Ses six longs mois à la tête de sa "Garde Ducale" lui manquait plus qu'il n'osait se l'avouer et cette odeur de combat et de sueur mélés étaient cause de grand manque chez notre bourguignon. Il lui fallait donc attendre désormais le mariage de ses amis afin de donner libre cours à sa passion pour le combat rudement mené, la peine infligée, et la victoire au bout de l'épée...

Premiere salve :

Tel le lévrier au départ d'une course, Erik se mit en ligne... Enfin, en lice, et se précipita vers une tête de lui bien connue, quoi que pas plus haute que la sienne : ce cher Nith, guere perplexe, lorsqu'il se fut agit d'entamer ce premier corps à corps.
Et paf ! Que je te balance mon arme de taille ! Et pif ! que je te pare ça à la va comme je te pousse, bien qu'avec une efficacité aussi peu orthodoxe que redoutable.

Namého Nith ! Balança l'ex-tri-dukounet, tandis que s'achevait son geste d'une belle amplitude relachée, façon joueur de paume en pleine volée. Attends voir que je te touche, mon frere ! Termina le bourguignon jovialement, quoi que surpris tout seul par la direction que prenait sa lame, pas encore bien en main. Nith, point trop bavard, ne se laissa pas déconcentrer et lacha -venant de nulle part- un fichu coup d'estoc qui fut à deux doigts de le surprendre si, par un heureux hasard, il ne s'etait souvenu avoir admiré une tauromachie en compagnie de legueux, tandis que l'escorte royale se troucvait en Languedoc. Prestement, l'autunois qu'il ne fallait pas prendre pour une bogue, exécuta un mouvement du buste digne des plus grands toréadors, lui permettant de se tirer in extremis de ce fort mauvais pas, tandis qu'il ramenait sa bastarde dans une position où l'utilité de celle-ci serait plus probante... Quelques coups ici, quelques fers se croisant là... Rien qui permettait aux deux hommes de se départager, mais au moins, à défaut de brasser de l'air, ceux-si brassaient de la sueur aigrelette, laquelle, fortement entretenue depuis des lustres de bonnes bieres d'auberge, leur rappelaient qu'apres l'effort viendrait à point nommé le réconfort...

Cependant, le normand dont la forme n'etait pas des meilleures ces dernieres semaines, commençait déjà a montrer quelques signes de fatigue. Les coups semblaient déjà moins violents, le geste moins sur, la célérité moins célère malgré l'air sévere du chevalier. Or donc, Ce qui devait advenir advint (de bourgogne) et, apres une suite de passes, de prises de fer, de mouvement de pieds digne des danseurs de flamenco - ne jamais rester statique, surtout ne jamais rester statique- Erik fit une premiere feinte vers la senestre de son ami, se recula d'un pas afin de le contraindre à se découvrir -or, chacun sait qu'on ne se découvre que devant les morts ou les dames-, le happa dans son détricotage de corps à corps trop serré et balança tout ce qu'il avait par une brutale attaque de dextre, laquelle toucha son adversaire du moment sans qu'il puisse seulement réagir, dans un grand "Bing" métallique, l'homme sous la cuirasse manifestant d'ailleurs par un pas de coté involontaire que le coup avait porté.

Et de un, pensa l'Erik en roc... Lequel acheva bien sincerement vers son compagnon de la Licorne :


Belle entame de combat, Frere ! Il s'en est fallu de peu que ton expérience ne gagne sur mon désir de te toucher...

Mais déjà Nith etait il parti vers un autre destin, tandis que le Dukaillon cherchait encore le sien.

[Suite demain... Au dodo le dukounet^^]
avatar
Erik de Josseliniere

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 08/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  damejustine le Mar 25 Nov - 18:10

Justine avait revêt tout son équipement mais était décidément nerveuse, très nerveuse. C'était la première fois qu'elle se retrouvait dans une lice - pour faire autre chose que ramasser son suzerain - et ce n'était, malheureusement, non pour une joute mais bien pour quelque chose de légèrement plus violent.
Certaines choses auraient bien sûr pu la rassurer mais le fait de devoir combattre contre son suzerain et contre son ami n'était pas de celles-là. Sans compter qu'en face d'elle, elle avait également Nith et Zalina qu'elle avait déjà pu croiser, il y a bien longtemps, alors qu'ils revenaient d'avoir combattu les Lucioles en Touraine. Justine hocha la tête à ce souvenir. C'était lointain, certes, mais l'inquiétude qu'elle avait ressenti alors n'avait que rarement eut sa pareille. Ils étaient nombreux à ne pas avoir de nouvelles de leurs frères d'armes et c'était bien difficile pour nombre de faucons Orléanais.
Nul inconnu en face d'elle donc puisqu'elle reconnaissait quatre dans les cinq et connaissait de nom le dernier, Asticot de Saint Aubin-Routôt.
Par contre, de son côté, il y avait un inconnu et deux vaguement connu de nom. Bien sûr, elle connaissait bien - même très bien - Mackx, son frangin avec lequel elle avait grandit. Puis, il y avait Erik de la Josselinière et Cronos d'Yvetot dont elle avait vaguement entendu parler. Mais en ce qui concernait l'autre dame, Lyrakroft de Vitreseule, elle en découvrait l'existence. Un vieil instinct, presque éteint, de soldat la fit sourire et penser que c'était dans le combat que se nouaient les plus grandes amitiés mais ce n'était pas vraiment dans ce genre de combat qu'elles commençaient ...

C'est toujours perdue dans ses pensées, peu après être entrée dans la lice, que Maxime vint la voir, lui proposant de mettre en place une tactique, soi-disant infaillible, pour remporter la victoire. Bien que n'ayant pas très envie d'attaquer Bul, elle se décida à se plier aux règles du jeu, après tout, les épées étaient émoussées et le danger devait donc tout relatif. Elle accepta donc d'aider son frère et qu'ils tentent ainsi tous deux d'accéder à la victoire - ce dont elle doutait grandement, ce pas d'armes étant son premier.
Enfin, ils le combat commença. Déjà, deux duels avaient commencé autour des d'Alesme quand ils se décidèrent enfin à charger. Bulvaï avait été vite repéré et ils furent bientôt tous les deux sur lui. Tandis que Mackx, fort vite perturbé, ratait son coup, Justine, elle, se faisait parer. Voir son frère ainsi déboussolé par une intervention qu'il n'avait pas prévue la fit sourire. Ha Mackx ! Il faut savoir garder ton sang-froid mon cher ! Mais, tandis qu'elle était distraite par le manque de contrôle de son frère, elle fut rappelée à l'ordre par une douleur dans le côté droit. Elle grinça des dents et revint des moqueries - gentilles hein ! - sur son frère au combat à quatre. Mais ces quelques secondes de répits avaient donné l'occasion à Bulvaï de se remettre de cette attaque et d'oublier ses leçons chevaleresques puisque bientôt, Justine mordit la poussière. Naméo !

La dame de Montperthuis sortit de la lice et se décida à regarder la suite du combat, elle se changerait plus tard. Maxime sortit lui aussi quelques minutes plus tard mais, sans lui accorder un regard. Il partit se changer peu après. Justine haussa les épaules autant que son armure le lui permettait et lança les yeux au ciel. Par Aristote ! Un peu humilité Mackx ! Ce n'est pas une honte de perdre !
avatar
damejustine

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 23/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Erik de Josseliniere le Mar 25 Nov - 19:23

Résumé des épisodes precédents : Un Corbigny tres à la bourre pour la messe, dont il est pourtant fol, est invité par son ami Alcalnn afin le voir se passer la corde au cou. Un Archevêque est de mêche et lui tire le bout (du fil). La damoiselle semble tres heureuse. Elle exprime sa joie d'un "OUI" en phase terminale. Elle offre le dernier le dernier Bernard-Henri Levan au curé. Joie d'icelui : il ne l'avait pas encore acheté. Les invités ont soif mais n'osent pas le dire. Quelques bourrins bellants -dont notre homme- se pretent au jeu de "tire-moi sur la barbichette, le dernier de nous tous qui se fera taper, il aura son nom en grand à l'entrée". L'Erik hochet s'ébaubit d'un Nith hors de sa caverne de perplexitude. Clic-clac patatrac ! Le Bourgogne se voit toujours frais et le Normand est à la limite de tomber dans les pommes (à cidre). Pas loin, une certaine Justine s'aperçoit froidement que son pourpoint n'est plus bellement ajusté sous sa motte de caille... Oups, pardonnez, mon plumier a fourché : lire "sa cotte de maille". Fatale erreur : plus de Justine car comme chacun le sait, pour point se faire battre au fer, faut etre chaud. Dans les memes instants, la Zalinette cendrée s'en prend avec vigueur au Chevalier obscur. Resultat : on n'y voit plus rien dans toute cette noire poussiere étant donné qu'au Royaume des Ramoneuses, les Noireauds sont invisibles. Et vlan ! Passe moi l'éponge, le Monseigneur a donné sa fessé à la Pestouillette... Tout à son plaisir de bien faire pour l'amour d'Aristote, voila t'il pas qu'il assene dans la foulée ses vérités à un Bulvaï touché par la grace. Boum ! Attention écuyer : deux fois, c'est du vice, et le vis d'arche, y m'aide... Devant une telle profonde révélation, la Zal et le Bul estiment qu'il est grand temps de briser la glace d'une dame à lorgner : Pan ! Dans l'oeil ! La Vitreseul n'en revient pas son mascara. De son coté, le Chevalier d'ébene à bords durs estime que la leçon n'est point achevée. Toutes vérités étant bonnes à dire, il met la chevaliere à l'index, un coup sur l'épaule de l'agnelle, rose à point...

Mais c'est pas le tout, y a des zigues qui attendent la suite. Donc :

La suite salvesque ou "I will be braque" :

Un partout, tous pourrit ! La bouche seche, la sueur s'insinuant dans les commissures, les esprits échauffés quoi que plus bien nets, les chevaliers de la Licorne se souvinrent de leurs classiques juste à temps. Rejoignant les siens par atavisme autant que par habitude, si ce n'est par tradition, le Corbin du Bazois se joignit à l'assaut de ses freres -bien que lorsque je conte frere, je pense aussi soeur, mes coquins! Merci de ne pas venir troubler mon propos toutes les deux minutes, sinon, on ne va pas y arriver-, et bien qu'aucun d'eux n'etait grec, les athéniens s'ateignirent dans la joie et l'allegresse. Or, tandis que la marraine et le fillot déclinaient leur gamme devant maitre Cronos par l'odeur alléché -les premieres notes tirées difficulteusement par l'enfaçon de son instrument sont toujours les plus touchantes. Cronos en fut touché, à n'en point douter-, la Lyrakroft, frappée par le saisissant message précédent se met en peine de l'assener à son tour au Tri-Dukaillon. Comme ça, pas de jaloux ! Le sieur résiste bien un peu mais c'est qu'il est galant homme, le bougre :

(NB : Nous avons soudoyé un serviteur qui a tout enregistré de la rencontre, malgré sa tete de mémoire morte. En voici les meilleurs moments)

- Madame, à vous l'honneur !
- Non, point, non point, je n'oserai messire !
- Si fait, si fait ! Osez ! je suis votre obligé.
- Mais c'est que...
- Vous habitez chez vos parents ?
- Le fond de l'air est frais, ne trouvez vous point ?
- Y a plus d'saison, ma p'tite dame !
- J'en parlais l'autre jour avec le cousin du fils de la concierge, en effet. Et avec ça, qu'est-ce que je vous mets ???

(TOUCHE)

- Ahhhhhhhhhh ! "Berzek m'a tuer", Madame ! C'est un honneur de ne point mourir sous vos coups !
- Messire ! C'est plaisir de faire plaisir, savez-vous.
- Je saurai bien m'en souvenir...
- Allez, votre Grace, pour vous, ça sera sur mon compte. Si, si, j'insiste...

- Permettez que j'y aille...?
- Oui, da ! C'est au fond du couloir à droite...

(Fin de la retransmission en différé)

Echanges de combattants -il faut le savoir : les moeurs combattantes sont tres échangistes-. Le Josseliniere lance un clin d'oeil à sa soeur (qui ne l'est d'ailleurs point, mais je me comprends), lui signifiant qu'il vient à sa rescousse. Mais ce diable de Monseigneur ne l'entend point de cet oreille là et, comme s'il leur tirait la langue, le Cronos intempestif pare une adroite attaque à gauche lancée par un Duc empressé bien qu'empesé puis, dans un ultime pied de nez, embroche la colombe du Poitou sans autre forme de procés. Le repas est servi, la messe est presque dite, l'angevine, à point, s'est laissée dévorer par l'homme de Dieu, lesquels sont réputés pour leur gourmandise... Cependant, l'autunois ne le voit pas de ce regard là et décide d'attaquer à outrance le noir Vicomte... L'usure le gagne, et contre les usuriers, les pretres fatiguent vite. Ses attaques ne font plus mouche car de son épée ne le touche. Ce qui n'est point le cas d'un Orleanais pourtant pas niais qui se fait bouter tel l'anglais -c'est une manie en Orleans- par la rageuse combattante, digne descendante des anciens fougueux vikings, au cri lacté d'un "Mort aux vaches!" qu'elle ne peut réprimer à temps. On ne fait pas du Camembert sans casser du Licorneux...

[Plus tard... La suite...]
avatar
Erik de Josseliniere

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 08/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Zalina le Mar 25 Nov - 23:39

C’est que çà commence à être fatiguant de se faire parer toutes ses attaques sans en subir aucune… Finalement, le Chevalier Noir passa à l’offensive. Et c’était peut être mieux avant… Première touche pour la Peste. Mais pas assez pour l’arrêter. Tout juste faire monter son envie de lui rendre la monnaie de sa pièce.
Une touche reçue contre une touche donnée. Un Chevalier se doit de payer ses dettes, surtout dettes à un Pair de France. Et ce n’est pas peu fière que Zalina réussit à attendre son but, bien décidée à montrer à ce Grand ce dont elle était capable elle aussi.

Mais en bon filleul, Bulvaï vient interrompre leur petit tête à tête.
Pour une fois qu’elle était yeux dans les yeux avec un homme, il aurait pu lui laisser quand même. Soupire et elle observe ces deux nouveaux camarades de jeux. Une Dame et un Chevalier contre un Ecuyer et une Dame. Cela promettait un joli pas de danse.
Pour reprendre le tête à tête, il fallait s’occuper d’abord de la Dame concurrente. Zalina se jeta donc sur Lyrakroft mais fut parée alors que Cronos en profitait pour lui offrir sa deuxième touche.
Minute Chevalier. J’élimine la concurrence et on reprend notre discussion yeux dans les yeux…

Finalement non. Cette danse se transformait plutôt à une joyeuse farandole. Ses Frères ne semblaient pas décider à laisser leur petite Sœur en charmante compagnie sans chaperon.
Bon, finissons en alors. On fera une nouvelle tentative un calva à la main.
Attaque frontale avec son filleul sur le Vicomte qui se retrouve au même nombre de touches qu’elle. Puis une nouvelle avec un Triducaillon.
Dernière pour la Peste. Décidément, ce Vicomte est encore trop en forme.

Zalina sort du champ clos pour ne pas gêner la suite du combat. Elle saluera ses adversaires un peu plus tard. Certes un peu déçue de sortir si vite, mais heureuse d’avoir fait quelques passes avec un aussi grand escrimeur que le Pair Cronos.

La partie finie, le Triducaillon se voir offrir une nouvelle couronne. De lauriers cette fois. La Poitevine ne put retenir un éclat de rire.


Voilà qui te changera un peu, Erik. Tu n’en avais pas encore eu des comme celles-ci.
Félicitations.


Puis elle se tourna vers son principal adversaire.

Vicomte, voilà des années que j’espérai un jour pouvoir croiser le fer avec vous au cours d’une festivité. Je suis heureuse d’y être enfin parvenue.
Ce fut un honneur de vous affronter.


La Licorneuse s’inclina respectueusement puis félicita tous les participants. Cette mêlée avait été plus instructive qu’elle ne s’y attendait. Et le plaisir de combattre aux cotés de son filleul n’avait rien enlevé.
Après avoir réussi à se faire massacrer par Kratos, elle pouvait rajouter une passe d’armes contre Cronos. Même si elle n’avait pas encore réussi à combattre contre tous les Grands du Royaume, elle avait déjà beaucoup appris de ces quelques duels. Surtout qu’elle avait encore à travailler.
avatar
Zalina

Nombre de messages : 5
Age : 31
Localisation : Ca interesse quelqu'un ?
Titres : Dame... de plusieurs choses
Date d'inscription : 22/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Cronos le Mar 25 Nov - 23:48

Bulvaï a écrit:J'ai été ravi de faire vostre connaissance Messire Cronos, j'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir.

Cronos se retourna, ne reconnaissant pas la voix. Il put alors distinguer sous son heaume le jeune écuyer de la Licorne qui avait tenté assez habilement de l'expédier hors du combat. Il fallait redonner la pareille à ce noble combattant. La voix d
u Vicomte résonna sous son heaume de se timbre froid et métallique qui caractérisait le Vicomte.

Messire Bulvaï je crois ... sachez que le plaisir fut partagé. Je crois que vous tenez là un bras armé des plus prometteur. La Licorne a fait bonne affaire en vous comptant dans ses rangs.
Sans doute auront nous l'occasion de nous revoir pour une revanche. J'aime à la penser.

Il se tourna alors vers la championne poitevine qui avait tenter de fortement le malmener dans les premières minutes du combat. Redoutable bretteuse que ce chevalier bleu comme certains semblaient la nommer. La jeune femme tenait de plus un discours plein de respect pour le noir Vicomte, qui en restait flatté.


Il me semblait bien, chère Dame, avoir entendu parlé d'un chevalier bleu en Poitou. Mais je dois avouer que je ne savais point qu'il s'agissait d'une femme. Il est toujours agréable de voir ces dames tenir dragée haute aux hommes.
L'honneur est donc tout partagé.
avatar
Cronos

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 23/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Champ Clos: la Mêlée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum